Nov 11, 2014
Zelgius

Tales of Xillia : une histoire d’esprit

Jaquette Tales Of Xillia

Tales Of Xillia

Plate-forme : Playstation 3

Genre : RPG

Date de sortie : 9 août 2013 (Europe), 6 août 2013 (US), 8 septembre 2011 (Japon)

Alors que l’Europe se languissait de ne pas voir les épisodes PS3 sortir dans notre bonne vieille contrée, voilà que Bandai Namco décide de sortir Tales Of Xillia pour le plus grand bonheur des fans de la franchise (dont moi) ainsi que des amateurs de RPG et ce, malgré un grand retard sur le Japon (les japonais ayant déjà fini la suite il y a bien longtemps). Avec des premières critiques positives sur divers sites et magazines et de nombreuses ventes au Japon (plus d’un demi-million de ventes en seulement une semaine au Japon), c’est avec enthousiasme que les européens attendaient avec impatience l’arrivée du titre et ce, traduit dans notre belle langue. Mais est-ce que le titre fait honneur à ses prédécesseurs ?

Choose your side

 

 

Tales Of Xillia Jude & Millia

Une rencontre pour un grand destin

 

Après un Tales Of Graces F convaincant (dont vous pouvez retrouver le test sur mon blog), Tales Of Xillia se devait d’apporter son lot de nouveautés afin de surpasser son prédécesseur. Parmi les nouveautés, on retrouve la possibilité de suivre l’histoire sous deux points de vue : Jude ou Milla. L’histoire de Tales Of Xillia prend place dans le monde Rieze Maxia où humain et esprits vivent en harmonie. Bien évidemment, il faut bien que quelqu’un mette son grain de sel pour briser cet équilibre et c’est le royaume de Rashugal qui se colle à ce rôle en souhaitant créer une arme démoniaque qui risque de mettre le monde en péril. Consciente que le monde court un grave danger, Milla Maxwell, seigneur des esprits élémentaires, va donc s’aventurer au sein de Fenmont afin d’enquêter sur la disparition des esprits et elle pourra compter sur Ondine, Efrit, Sylphe et Gnome pour entreprendre cette tâche. Alors que cette dernière est sur le point de s’introduire dans le laboratoire de la cité, elle rencontrera Jude Mathis, étudiant à l’académie de médecine. Elle ne sait pas encore que cette rencontre va radicalement changer son destin (classique) et lui permettra entre autres de découvrir les humains sous un autre jour.

 

 

Promenade

Promenade

Il faut d’abord noter qu’en fonction de votre choix au début de l’aventure, les différences restent assez minimes : deux-trois donjons différents (et encore, cela reste très minime, je vais donner un exemple juste après), quelques saynètes et c’est à peu près tout. Si vous ne souhaitez pas refaire le jeu une deuxième fois, je ne peux que vous conseiller d’opter pour le scénario de Jude, les événements inédits de Milla n’apportant pas vraiment grand-chose quand on compare les deux scénarios. Mais pas d’inquiétude si vous pensez qu’il s’agit là d’un camouflage pour écourter la durée de vie : il vous faudra pas moins d’une cinquantaine d’heures de jeu afin de voir la fin de la quête principale.

 

 

Artwork Fenmont

Artwork de Fenmont, la ville la plus magnifique du jeu

Bien évidemment, il n’y a pas que Jude et Milla dans cet univers : ces derniers seront accompagnés de 4 autres compagnons afin de les épauler dans leurs quêtes. Niveau design, Bandai Namco a fait appel à deux grands artistes de la série à savoir : Mutsumi Inomata (Tales of Destiny, Tales of Eternia, Tales Of Graces) et Kousuke Fujishima (Tales of Symphonia, Tales of the Abyss, Tales of Vesperia). Ainsi, les deux protagonistes principaux croiseront le chemin d’Alvin, un mystérieux mercenaire avec un caractère plutôt cool qui est définitivement l’un des personnages des plus importants de l’intrigue (et mon personnage préféré du groupe). Elize, une jeune prodige accompagnée de sa peluche qui forment un tandem plutôt sympathique (et accessoirement mon deuxième personnage préféré). Rowen, le sage du groupe qui possède une intelligence et une manière de savoir vivre qui force le respect (enfin un papy badass dans un Tales Of) et Leia, amie d’enfance de Jude débordante d’énergie et qui fait office de « boulet » du groupe. Malgré quelques archétypes que l’on trouve souvent dans les Tales Of (pas de précision sous peine de vous spoil), Bandai Namco a su encore une fois nous livrer un groupe sympathique. Pour pimenter le tout, Tales Of Xillia propose deux antagonistes bien distincts sous le nom de Nachtigal et Gaius qui ont chacun leurs propres voies et convictions. Si l’on reste cependant déçu que Nachtigal ne soit pas assez exploité dans le scénario, je suis resté surpris par Gaius qui fait partie de mes persos favoris dans l’univers Tales Of. En effet, on a le droit à un personnage avec des ambitions plus terre-à-terre et qui ne convoite pas forcément la destruction du monde. Au final, malgré quelques personnages très sympathiques, le scénario reste encore dans un ton assez classique et commence réellement à décoller qu’après une bonne vingtaine d’heures de jeu.

 

 

Groupe Tales Of Xillia

Le groupe au grand complet (même le monsieur en arrière plan)

 

Maxwell Cappucino

Si la série Tales Of sait se faire remarquer dans le monde du RPG, c’est bien pour plusieurs choses. Commençons tout d’abord par l’univers du jeu. Sans trop rentrer dans le spoil, Tales of Xillia nous propose, pour la plupart du temps des endroits assez colorés, des campagnes jusqu’au glacier en passant par des caves de laves. Comme Tales Of Graces F, pas de balade sur une carte du monde mais des chemins entre les différentes villes et donjons. Seulement voilà : Bandai Namco fut assez paresseux en nous recyclant les mêmes chemins : une grosse carte avec des mobs et basta. Si Graces F nous permettait dans la plupart des cas de profiter de quelques paysages, cela n’est pas vraiment le cas avec celui-ci qui se contente de nous ressortir les mêmes décors un peu trop souvent. Prenons par exemple la cave de glace et de lave qui se ressemblent fortement, à tel point que l’endroit où vous rencontrez les boss, c’est le même mais avec un décor différent. Malgré tout, ce défaut est en partie rattrapé par des donjons et quelques lieux magnifiques comme Fenmont avec son ciel émeraude. Heureusement pour le joueur, le soft propose des voyages rapides entre les différentes villes et donjons, un gain de temps considérable.

 

 

Combat Tales Of Xillia

Fight !

Dans chaque donjon, chemins ou en combattant les ennemis, vous aurez l’occasion de trouver et de gagner quelques matériaux. Ces derniers vous permettront de développer les différents magasins du jeu (objet, équipement, etc.) afin de déverrouiller des objets plus puissants qui vous seront utiles plus loin dans le jeu. Cependant, chaque magasin de chaque ville proposera toujours le même contenu… pas franchement original mais on fait avec. En plus du développement, vous aurez également l’occasion de faire quelques quêtes annexes qui vous permettront de gagner quelques accessoires ou d’en apprendre un peu plus sur l’univers et le passé des personnages. De l’exploration par la récolte d’objet en passant par des combats contre de terribles monstres, les quêtes annexes apportent un réel plus au jeu et on prend un grand plaisir à explorer les moindres recoins du jeu.

 

 

Gaius Tales Of Xillia

Gaius : un perso qui impose le respect

 

Docteur Mathis, Miss Maxwell

Reprenant à l’origine le système de combat de Graces F, Tales of Xillia introduit cette fois-ci le système de liaison. En vous liant avec un personnage au combat, vous bénéficiez d’une aide non négligeable contre certains ennemis. Par exemple, si vous combattez un ennemi très défensif, vous devez alors effectuer une liaison avec Alvin afin que ce dernier puisse utiliser la capacité « briseur » pour ainsi briser (logique) la défense de l’ennemi et permettre à votre personnage de distribuer quelques mandales qui font mal. Ce système prend tout son sens lorsque vous avez affaire à plusieurs ennemis ayant chacun une spécificité particulière, ce qui rend les combats encore plus dynamiques que son prédécesseur. En plus de combattre en duo, vous aurez également l’occasion de sortir de temps à autre des artes duo pour un maximum de dégâts. Bien évidemment, d’autres petites choses comme les dégâts et soins partagés en duo viennent compléter ce système de liaison pour un aspect encore plus stratégique. Il faut savoir également que les boss de ce Tales Of sont encore plus compliqués que les précédents épisodes, donnant ainsi des combats infernaux, mais également assez déroutants. En effet, il faut noter que les boss peuvent à tout moment briser votre combo comme ça et vous enchainer juste après. Certes, ça donne un peu de difficulté, mais ça s’avère également pénible, car on peut strictement rien faire pour empêcher ça. Rajoutons également que les boss peuvent vous infliger des altérations d’états assez facilement : les accessoires n’ont jamais été aussi indispensables dans cet épisode. Il faut savoir que l’I.A. est un peu déroutante et peut nuire sans le vouloir le combat. Par exemple ces derniers se font tuer assez facilement, car soit ils foncent sur l’ennemi, soit ils n’arrivent pas à esquiver les attaques ennemies.

ToX-7

Le jeu s’inspire un peu de Final Fantasy X et autres en optant pour un système d’orbe de Lys. Lorsque vous gagnez des niveaux, vous gagnez des PC (points de capacités) qui vous permettront de débloquer différentes capacités dans une gigantesque « toile d’araignée ». Ainsi, c’est au joueur de choisir ses propres capacités en fonction de ses personnages pour une efficacité accrue au combat. Sans transcender le genre, ce système d’orbe de lys apporte un peu de fraicheur et d’originalité. Tout comme Tales Of Graces F, un coup de gueule s’impose contenu les costumes et autres bonus payants. Dire qu’à l’époque, on aurait eu tous les costumes gratuitement… Bref, on s’en passe très facilement, mais il fallait le souligner encore une fois.

 

 

Elize et Teepo

Un tandem de choc

Sans pour autant devenir un épisode culte de la saga, Bandai Namco arrive encore et toujours à offrir un RPG sympa et plaisant qui saura contenter les néophytes de la série mais également les fans de la première heure qui retrouveront leurs marques. Si vous cherchez un bon RPG là tout de suite, Tales Of Xillia constitue un excellent choix !

ToX-11

5 Comments

  • Et ben … moi qui hésitait depuis longuement sur ce jeu à force d’en lire des articles, je croire que le tien m’a convaincu 🙂

    Peut-être que la mention FFX, mon FF préféré, a joué dans ma décision …

    Merci !

  • Salut et merci pour ton commentaire 🙂

    Oui, Tales Of Xillia est vraiment sympa et la suite l’est encore plus 😀 (je vais d’ailleurs en faire un article prochainement)

  • Globalement, d’accord avec ton article, SAUF Leia qui n’est pas un boulet lol :p
    C’est vrai qu’à choisir, le scénario de Jude est bien plus intéressant que celui de Milla (mais sur la fin du jeu).
    Un tales of sympa en effet mais sans plus pour ma part…

  • Haha oui mais faut dire qu’elle fait toujours des gaffes quand même :p

    Exactement pour Jude. Il y a une saynète importante qui ne sera sûrement pas comprise pour tous ceux qui ont commencé par Milla (je n’en dis pas plus sous peine de spoil).

  • C’est pour ça que je l’adore la Leia, elle me fait marrer lol
    Effectivement, pour avoir commencé le jeu avec Milla, je me demandais ce qu’il s’était passé…C’est dommage, j’espère que la majorité des gens ayant joué au jeu ont commencé avec Jude…

Leave a comment