Juil 29, 2015
Zelgius

Wild Arms 4 : l’apprentissage vers la vie adulte

jaquette-wild-arms
Alors que Wild Arms continuait son petit bonhomme de chemin avec un 3ème épisode, voilà que Media Vision décide de passer aux choses sérieuses en produisant deux épisodes pour le prix d’un. Le premier projet se nomme Alter Code F et sera un remake du tout premier épisode (dont vous pouvez lire ma review à cette adresse) qui gardera son nom de code après sa sortie et Another Code F qui plus tard sera renommé Wild Arms 4 et ce, toujours prévu sur la bonne vieille Playstation 2. Toujours développé par Media Vision, le jeu décide de chambouler un peu les codes de la série avec trois modifications majeures : l’esprit Western qui sera remplacé par une ambiance un peu post-apocalyptique, un gameplay modifié et un système de combats remanié à neuf. Face à tant de chamboulement, est-ce que Wild Arms 4 saura faire honneur à ces prédécesseurs ?

Le cowboy (presque) solitaire

Comme vous avez sûrement du voir sur Twitter ou sur mes Top TFGA, je mentionne assez souvent mon envie de faire tous les Wild Arms. En effet, je tiens beaucoup à cette série qui n’a malheureusement pas connu le succès de certaines séries comme Star Ocean, Final Fantasy et autres. Elle peut cependant se targuer d’avoir au moins 7 jeux produits sous ce nom, ce qui n’est pas rien. Alors que je me promenais tranquillement en brocante, je vois une pile de jeux PS2 en loose. Curieux, je regarde quand même s’il n’y a pas une petite perle et que fut ma surprise de découvrir entre deux FIFA, un Wild Arms 4. Très content d’acquérir ce petit bijou, ma joie fut rapidement écourté quand le jeu refusa de charger la partie et pour cause, elle ne voulait en aucun cas me lancer la 2ème cinématique. Malgré un polissage qui m’avait permis de commencer le jeu, rien n’y fait : le jeu était trop rayé pour pouvoir continuer. Grâce à NicoLink, j’ai pu acquérir non seulement un nouvel exemplaire pas trop cher mais également en boite, un grand merci à toi 🙂 Voilà pour la petite anecdote.

wild-arms-4-3

Il faut savoir que Wild Arms, bonne série soit-il, connaît une certaine absence de réputation dans notre contrée et pour cause : le 2ème épisode et Alter Code F n’ont jamais foulé le territoire européen (sauf import) ce qui est dommage vu la qualité des deux softs. Cependant, l’éditeur 505 Streets Games a entendu l’appel en détresse et s’est accouru pour proposer à nous, pauvres européens, une édition de Wild Arms 4 dans notre contrée. C’est donc le 13 octobre 2006 que le titre arrive enfin chez nous mais avec quelques difficultés dont je reviendrais après dans un autre paragraphe.

wild-arms-4-4

Ainsi, comme je l’avais précisé dans l’intro, ce Wild Arms 4 brise l’une des traditions de la série. Malgré l’écran d’accueil qui nous montre un univers désertique et abandonné digne d’un bon vieux film de Western, exit l’univers des cowboy et place à un monde ravagé par une guerre qui a duré longtemps, trop longtemps. On fait ainsi la connaissance de Jude Maverick, jeune enfant de 13 ans qui vit paisiblement à Ciel Shelter, un complexe situé dans le ciel (haha) et caché de tous. Cependant, sa vie sera alors bouleversée par l’arrivée des militaires qui envahiront le village afin de dénicher le secret des ARMs. C’est après une brève confrontation avec les soldats que Jude apprend qu’il est doté d’un talent naturel, celui d’invoquer une ARM, une arme puissante qui lui permettra de protéger lui et ses amis. Dans son périple, il rencontrera Yulie Ahtreide, jeune fille de 15 ans qui est tenue captive dû à son talent de contrôle des ARMs, de Arnaud G Vasquez, un jeune fanfaron et Drifter (mercenaire) qui utilise son intelligence pour se tirer des mauvais pas et dont la quête lui fera changer du tout au tout et Raquel Applegate, une mystérieuse guerrière qui voyage à travers le monde pour découvrir les plus beaux lieux de Filgaia (bien évidemment, on découvrira plus tard l’origine de sa quête). Ainsi, notre jeune groupe ont deux objectifs bien précis : emmener Yulie en lieu sûr et retrouver les habitants de Ciel Shelter. Cependant, les bribes de la guerre ne semblent pas s’être complètement éteint et le groupe sera confronté à un royaume qui tente de ressortir de l’ombre. Ils devront ainsi se confronter à Brionac dirigé par un conseil avide de pouvoir et qui souhaite capturer Yulie qui est la seule personne à pouvoir réussir leurs ambitions. Mais l’antagoniste restera Lambda, un général de Brionac ainsi que ses 10 lieutenants qui feront le travail à leur place. Pour cause : Lambda souhaite donner à Filgaia un avenir prospère, un objectif louable et ce dernier pense que relever le royaume de Brionac est un premier pas vers cet objectif.

wild-arms-4-9

On a affaire ici à un scénario plutôt classique : un groupe de jeunes qui tente d’échapper à une armée à leur trousses, une héroïne en détresse. Je ne vais pas vous cacher que le scénario de Wild Arms 4 est loin d’être le point fort, même si le thème traité aka le passage à la vie d’adulte est intéressant. Si le « background » de Filgaia, le monde de Wild Arms 4, est bien expliqué, beaucoup d’éléments sont trop survolés concernant les personnages. L’exemple flagrant reste les lieutenants de Brionac. Certains personnages font leurs petites apparitions puis hop, disparaissent sans qu’on est temps de bien les cerner, ce qui est très dommage tant certains méritaient un background plus détaillé que ça. Lambda reste plus ou moins un antagoniste assez réussi, c’est un personnage qui a conscient d’être le méchant mais rien ne l’empêchera de réussir son objectif, quitte à se faire détester de tout le monde : protéger et assurer la prospérité de Filgaia. Heureusement, le background de nos héros font très bien l’affaire et on prend plaisir à suivre leurs aventures. Là aussi, c’est totalement subjectif, on peut ne pas accrocher à l’insouciance de Jude ou à Yulie qui reste dans le code de l’héroïne tristounette mais qui évolue par la suite je vous rassure. Mais heureusement, Raquel rattrape le tout grâce à sa petite histoire qui m’a agréablement surpris et l’a propulsée parmi mes personnages de RPG favoris (oui, oui) mais chut, j’en dis pas plus. Mention spéciale pour la fin qui m’a surpris, disons qu’on ne s’attend pas forcément à ce que l’on croit…mais chut j’en dis pas plus.

522621

Jude the Gadgeteer

Autre grand chamboulement provoqué par Wild Arms 4 : son gameplay. Fini la possibilité d’alterner ses personnages pour utiliser leurs talents innés : on ne contrôle ici que Jude pendant les phases d’exploration. Contrairement aux premiers épisodes, on peut ainsi faire un saut, voire un double saut, effectuer des glissades, de pousser et éclater des caisses, etc. Sur le terrain, on a même accès à quelques éléments comme une épée, des bombes et autres qui vous permettront d’activer des switchs pour continuer et alimenter la partie énigme du titre (même si c’est très simple). De temps en temps, la caméra se met en « side view », faisant ainsi évoluer Jude en 2D et qui prend des allures de jeux de plate-forme. Combiné avec ça quelques énigmes et sessions de plate-formes et on a affaire ici à un gameplay efficace. Cet aspect du gameplay sera également mis en avant dans un mini-jeu en 2D où Jude rentrera carrément dans un jeu vidéo, la classe ! Seul bémol : la disparition du déplacement sur une World Map au profit d’une carte à la Final Fantasy X.

wild-arms-4-6

En plus de cet aspect plate-forme, Jude possède la capacité « Accelerator » qui lui permettra entre autres de ralentir le temps. Cet aspect est essentiel pour plusieurs choses : traverser des passages qui nécessitent un certain ralentissement si on veut espérer suivre la cadence, éviter les combats aléatoires ou encore récolter de l’argent caché. Un aspect simple mais efficace qui rajoute encore du peps au gameplay de Wild Arms 4.

neve-argent

Parlons également de l’OST de Wild Arms 4 qui mérite une attention particulière. Tout d’abord par cette musique d’introduction qui est tout simplement sublime et réussie aussi bien en anglais qu’en japonais, oui vous avez bien entendu ! (Lien vers la musique à la fin de cet article). Malgré l’absence de l’univers Western, le compositeur a quand glissé quelques références comme le thème de Kresnik qui rappelle furieusement les premiers jeux de la série. Au final, L’OST de ce Wild Arms 4 est une réussite, ce qui est un très bon point pour un RPG.

wild-arms-4-12

Concernant la durée de vie du titre, il vous faudra pas moins d’une trentaine d’heures de jeu pour finir la quête principale, ce qui reste un minimum dans un RPG. Cependant, les boss optionnels, le Colisée, les badges et le bestiaire sont là pour allonger la durée de vie du titre et espérer le finir à 100%.

HEXtraordinaire

Vient ensuite le 3ème chamboulement : le système de combat. Désormais, le combat se déroule dans une zone avec 7 cases de forme hexagonales. Appelées « HEXes », ces cases seront occupés soit par vos personnages (seul ou ensemble), soit par vos ennemis (seul ou ensemble) et il faudra analyser et réflechir sur la position des personnages/ennemis pour lancer ses sorts/attaques. Le concept est simple sur le papier mais devient particulièrement efficace tant il y a de paramètres à prendre en compte.

wild-arms-4-1

Comme indiqué précédemment, vous aurez 3 cases HEXes disposant d’un effet élémentaire placé aléatoirement sur le terrain, il sera donc nécessaire de bien réfléchir sur la localisation des ennemis et de la votre pour être efficace au combat. Si Yulie est placé sur une case élémentaire, elle pourra alors lancer une invocation offensive en rapport avec la nature de l’élément (feu, glace, vent, etc.), sinon c’est un sort de soin global. De même qu’Arnaud qui aura son sort d’attaque ajusté en fonction de la case situé. Et c’est sans compter sur les Boss du jeu, en particulier les lieutenants de Brionac, que le système de combat tire tout son potentiel. Prenons par exemple Hugo, ce personnage a la faculté de se déplacer automatiquement sur une autre case si vous avez le malheur de l’attaquer. Pour le vaincre, c’est simple : vous devez le coincer dans un coin avec au moins un personnage sur chaque case pour éviter qu’il s’enfuit.

wild-arms-4-3

Wild Arms 4 a cependant conservé la jauge de FP des premiers épisodes afin de permettre aux combattants de lancer des talents spéciaux. Par exemple, Jude peut guérir tout le groupe, même ceux qui ne sont pas à côté. Arnaud peut sauter d’une case à l’autre (accompagné d’autres personnages s’ils sont sur la même case) et lancer une attaque par la suite. Yulie peut invoquer et Raquel peut carrément rejouer un tour et vu sa puissance d’attaque, il serait tord de s’en priver. Pour finir, Si vos personnages se côtoient souvent en combat, ils peuvent apprendre un skill de coopération assez dévastatrice si la jauge de FP est suffisante. Ce principe peut également s’appliquer pour 3 et 4 personnes.

wild-arms-4-11

Lorsque vous montez de niveaux, vous gagnerez des points GC qui vous permettront d’acquérir des skills en avance. Pour expliquer clairement ce système, prenons un exemple. Jude dispose d’une liste de skill nécessitant 10 à 99 points GC. Supposons que vous êtes niveau 15 et que pour le prochain combat, vous souhaitez avoir « Dash » qui vous permet de vous déplacer n’importe où sur le terrain mais mazette : il faut 20 points de skill pour l’avoir. 2 choix s’offre à vous : atteindre le niveau 20 ou répartir vos points bonus GC (équivalent à votre niveau) dans les skills que vous souhaitez avoir. Ainsi, vous aurez la possibilité d’obtenir des talents plus rapidement que prévu. Mazette, vous souhaitez obtenir un niveau de classe mais vous avez tout attribué à Dash ? Vous pouvez enlever les points que vous avez attribué pour l’apprentissage de Dash afin de les repartir sur les autres branches. Un système très apprécié pour se sortir de mauvais pas et surtout pour le speedrun.

wild-arms-4-4

Tant de bonus qui donne à ce Wild Arms 4 un petit côté stratégique mais un détail est à souligner : le jeu reste facile dans son ensemble. Certes, certains boss peuvent donner un peu de mal mais c’est tout.

Découvrons toute la beauté de Filgaia

Avant de passer à la conclusion, faisons un petit point sur l’édition européenne et américaine du soft. Il faut savoir que Wild Arms 4 a connu en réalité 2 éditions et pour cause : la première possédait pas mal de bug qui freeze la console et ce , uniquement dans le mode PAL soit le 50Hz (le NTSC mode n’est pas touché). Si vous aviez le malheur de posséder la première édition et de jouer en 50HZ, votre jeu pouvait freezer en fin de combat. Le pire reste qu’un certain passage du jeu (la grande muraille pour être plus précis) diposait d’un passage infranchissable qui faisait planter la console si vous ne possédiez pas le bon objet dans votre inventaire (rumeur). La seule solution pour les joueurs PAL de cette version était de faire ce passage en NTSC. Suite à ce report, L’éditeur a décidé de rapatrier toutes les copies et d’en sortir une nouvelle qui corrige les gros bugs du mode PAL. Pour connaître la première version de la deuxième, la différence se situe au niveau de la jaquette (celle à gauche est la première, celle à droite est la deuxième). Pas d’inquiétude si vous jouez en NTSC (60Hz) : la première édition marche à merveille, le problème se situant en mode PAL. Et pour preuve, je dispose d’une copie de la première édition et malgré les nombreuses heures de jeu en NTSC, j’ai rencontré 0 problème.

wild-arms-4-2

Pour moi, malgré son histoire assez faiblarde, j’ai complètement adoré Wild Arms 4 et je ne me suis pas ennuyé une seule seconde de par son gameplay, de son système de combat bien pensé et de sa musique (cette intro de l’amour). Si cela peut paraître exagéré, ce jeu fait partie de mes RPG préférés et de la ludothèque PS2 et constitue une excellente ouverture pour tous les gens qui veulent s’essayer au genre sans prise de tête. Bref, si vous avez l’occasion, n’hésitez pas à y jouer : il vaut largement le coup.

Maintenant, place à la musique d’intro !

Musique version anglaise :

Musique version japonaise (avec les 2 cinématiques, attention au spoil pour la 2ème !!):

wild-arms-4-5

Leave a comment